THE CULTURE IS A FETE FORAINE 2 : LA CULTURE POLITIQUE DE RETOUR ?

« It’s not a come-back, it’s a return. »

 Gloria Swanson, Sunset Boulevard.

On nous a parlé beaucoup de la Hongrie en ce début d’année : déjà en décembre Courrier international consacrait un article sur la chute culturelle en Hongrie. La culture, qui peut être dangereuse (nouveauté étonnante…) est passée sous le contrôle étatique comme au bon vieux temps des dictatures : fermeture des théâtres, industrie cinématographique sinistrée, les bibliothèques et les musées vivotent, nominations à la tête de grands institutions culturelles pilotées par le gouvernement. Terrifiante répétition de l’histoire.

La Hongrie donc était, pendant deux semaines, au centre des attentions médiatiques.

Aujourd’hui, le local a détrôné l’européen, le principal sujet traité est Hollande et sa politique économique : tout tourne autour de ça car le début du XXIe siècle sera économique ou non. Du coup, on nous abreuve de solutions économiques « astucieuses », « innovantes » et « justes » quitte à passer sur quelques autres enjeux majeurs (comme l’écologie qui est aussi un enjeu économique en passant).

A la vulgarité du président actuel, on nous oppose la respectabilité du favori. Son physique bonhomme y est pour beaucoup et la transformation d’un cadre de parti politique en leader est aujourd’hui actée. Les spécialistes de la communication sont passés par là, évidemment, qui voudrait nous faire croire le contraire ?

Le storytelling marchait à plein régime lors de l’émission sur France 2, Des paroles, des actes. Mais je suppose que c’est efficace : 1/ La jeunesse (les parents, les cousins…) 2/ Les influences (Mitterrand) 3/ Les études, l’engagement politique 4/ Les propositions politiques pour sauver le navire made in France…

Voilà, la semaine tournait autour du storytelling du candidat Hollande, l’historiette édifiante, la construction du candidat depuis ses origines modestes à l’intériorité grave du postulant à l’Elysée, à la rondeur physique sympathique au régime pour une image plus glamour (montrant en passant sa volonté, pour perdre quelques kilos). François Hollande le déclare, il s’est préparé pour l’échéance, il n’a pas « changé » (« j’ai changé » était le slogan du candidat Sarkozy, il ne faut pas entrer dans la même dialectique) mais toutes les preuves sont en images pour montrer qu’il a changé tout de même. Il faut se démarquer et opposer aux aboiements des uns et des autres et, face à l’épouvante extrémiste de droite (qui partage avec Sarkozy une certaine culture de la vulgarité), se montrer emprunt de respectabilité, de mesure, de sang-froid. Le volet économique était donc essentiel, attendons les autres aspects, mais pour l’instant il fallait rassurer nos porte-monnaie et montrer qu’avec une détermination froide et dépassionnée, on réglera nos finances.

Finalement, la culture politique a fait un retour, discret mais sensible, pour tenter de dépasser la culture financière, cynique et scandaleuse.

Publicités

A propos godsaveculture

Dernier ouvrage paru Briques à branques, Editions Cours Toujours. (Autres titres parus : Los Angeles 32, Michalon, 2008 / Les voyages égoïstes d'Antoine Ordana, Barley, 2010 / Mazurka, Mercure de France, 2012) filipemoreau@orange.fr
Cet article, publié dans Billet du jour, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s