Spot caméral

Ramon Casas, la paresse

On a tous des images de chambres en tête ; c’est autant affaire de souvenirs, de nostalgie que de présent. Avec le livre de Michelle Perrot Histoire de chambres, on visite toutes les chambres qui existent et pour un auteur, les chambres sont souvent une obsession, creuset de l’imaginaire, lieu incontournable de la création. Refuge, repaire, espace privilégié de la réflexion, lieu où s’élaborent les systèmes qui fixeront les conditions de son univers. Mise en abîme perpétuelle pour l’écrivain, la chambre, décrite ou non, est l’extension matérialisée du personnage, expression d’une intimité symbolisée par les objets qui s’y trouvent, mais elle est également l’endroit où l’écriture se fait. Si Michelle Perrot pose les jalons d’une réflexion aux multiples ramifications, on peut enrichir à loisir sa démarche car le thème est foisonnant. Déjà Bachelard (La poétique de l’espace) s’était intéressé à la chambre et citait Tzara « Le marché su soleil est entré dans la chambre/ Et la chambre dans la tête bourdonnante ». La chambre « où l’on écrit, est si tranquille, elle mérite si bien son nom de chambre “solitaire” ! », où « l’être secret s’y sent gardé par la blancheur d’un lait de chaux plus que par de fortes murailles. ». « Cellule de l’intimité » la chambre de l’écrivain est un lieu de convergence où ferraillent intimité,  monde à retranscrire, bruits du dehors et ceux du dedans : l’aller retour est constant et la chambre prend l’allure d’un sanctuaire, précieux, parfois menacé, synonyme de liberté ou d’exclusion. C’est l’endroit des premiers souvenirs (« les premiers souvenirs de Pedro arrivaient comme au travers d’un nuage doré. Ils naissaient d’un matin d’hiver, sur le port, dans la brume allumée par le soleil », Ana Maria Matute, rien que pour le plaisir), mais la symbolique dépasse largement l’intime, il ne s’agit pas d’être figé à l’antienne woolfienne d’une chambre à soi, essentielle pourtant en tant que déclaration d’indépendance, mais de visiter d’autres chambres.

La chambre du roi, Versailles

Chambre ouvrière

La chambre du roi où le sommeil est affaire d’Etat à la chambre des ouvriers au départ collective, malsaine. L’historienne dans son essai s’intéresse autant à la cellule des religieux qu’à la chambre de la prostituée, passe en revue les mobiliers, les enjeux loin d’être frivoles. Lieux de la vie et de la mort, on ne saurait manquer ces chambres. Bien entendu, les passerelles avec l’actualité du logement sont immédiates. La situation, nous l’entendons partout, est si catastrophique que l’Etat est obligé d’intervenir pour venir à bout des abus prenant le relai d’associations. Marchands de sommeil, hôtel vétuste, appartements aux dimensions ridicules abritant de nombreuses famille, on croirait lire des rapports du XIXe siècle cités par Michelle Perrot, ce qui permet toujours de rappeler qu’un historien est souvent un militant du temps présent.

On pourrait s’amuser à établir l’encyclopédie des chambres, tant au niveau littéraire (Kafka, La métamorphose« sa chambre, une chambre humaine ordinaire », Proust, Joyce, Colette…), pictural (Fragonard, Van Gogh…), cinématographique (les films de l’enfermement, sur la jeunesse, l’adolescence, la mort. La promesse est l’exemple saisissant de marchands de sommeil.), expérimental (Sophie Calle), laissez votre commentaire pour poursuivre cette aventure en chambre !

Jan Steen, La toilette

Publicités

A propos godsaveculture

Dernier ouvrage paru Briques à branques, Editions Cours Toujours. (Autres titres parus : Los Angeles 32, Michalon, 2008 / Les voyages égoïstes d'Antoine Ordana, Barley, 2010 / Mazurka, Mercure de France, 2012) filipemoreau@orange.fr
Cet article, publié dans Billet du jour, livres, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s