Blancheneige et les sept mercenaires. 1. La méchante

Qui n’aime pas les contes de fées ? Tout le monde connaît Blancheneige. Disney nous l’avait dessinée en princesse amie des oiseaux, roucoulant des chansons d’amour en puisant l’eau d’un puits tout en admirant son reflet. Bettelheim dans Psychanalyse des contes de fées avaient sorti les armes analytiques lourdes et avait allongé nos héros sur son canapé pour débusquer les zones les plus obscures de leur personnalité et de leurs motivations : Blancheneige n’était plus la niaise au nœud rouge mais une gamine en proie à un problème œdipien mal soigné confrontée à la jalousie dévastatrice d’une marâtre infâme.

Pour le film qui vient de sortir, il fallait gonfler le script et rien de mieux que d’ « inventer » un passé à la reine. Elle est clairement identifiée par un prénom, Ravenna, et son histoire tragique est distillée tout le long du film. Nouveauté, elle a un frère avec qui elle partage une blondeur quasi albinos (mauvais signe…). Mais la beauté diaphane, ses longs cheveux dorés et ses atours métalliques sont son unique privilège tout comme ses dons supernaturels, cette terrible magie omniprésente qui la rend beaucoup plus affreuse que dans le conte. C’est peu dire.

Tour à tour voleuse de jeunesse, Cléopâtre dans son bain de lait, amoureuse éperdue et inquiète de sa beauté (telle une Narcisse en puissance), Ravenna en dépit son éclatante apparence symbolise les ténèbres, la magie noire que les sorcières les plus douées savent maîtriser. Après son passage, rien ne survit, la nature est sensible à sa sinistre influence : c’est une Attila redoutable de combativité et d’intelligence. Et ce n’est pas un hasard si elle porte un manteau en plumes de corbeaux, oiseaux de mauvaises augures symbolisant le « côté noir de la psyché » (Encyclopédie des symboles, toujours utile). Elle explosera en une multitude de corbeaux, Madonna dans Frozen n’avait pas mieux fait.

C’est le personnage le plus intrigant et le plus réussi car le plus riche. La cruauté est payante surtout quand on connaît la fin. Dans le dessin animé de Disney, la reine était l’attrait le plus convaincant : beauté dangereuse, cheveux disparaissant sous un manteau-capuche noir, trône en forme de paon, l’orgueil omniprésent, jusqu’à sa perte.

Ravenna, bien entendu, sera défaite et son visage soudain vieilli est une référence à Dorian Gray qui évoquait l’absolue incapacité d’accepter la vieillesse. Le conte de Grimm n’est pas moins cruel quand à la mort (forcément méritée) de la reine : « Mais déjà on avait fait rougir des mules de fer sur des charbons ardents, on les apporta avec des tenailles et on les posa devant elle. Alors il lui fallut mettre ces souliers chauffés à blanc et danser jusqu’à ce que mort s’ensuive. »

Ce qui n’était pas présent chez Grimm, c’est l’aspect pathétique de cette femme seule qui n’a confiance en personne. Son miroir uniquement a ses faveurs, sa consultation est un moment d’exaltation narcissique et une épreuve redoutée : jamais le miroir ment, les hommes oui mais le miroir non. Il est le seul capable de la jeter dans la plus sombre humeur et déchaîner sa violence sanguinaire, vampire assoiffée de jeunesse, faim inépuisable lorsque l’image s’altère et que ses forces lâchent. Mais elle renaît sans cesse, phénix ombrageux. Un cœur pur peut mettre un terme à sa vie comme un vrai roi pouvait tirer l’épée de l’enclume, la légende de Blancheneige vécue comme une légende arthurienne.

à suivre demain…

Publicités

A propos godsaveculture

Dernier ouvrage paru Briques à branques, Editions Cours Toujours. (Autres titres parus : Los Angeles 32, Michalon, 2008 / Les voyages égoïstes d'Antoine Ordana, Barley, 2010 / Mazurka, Mercure de France, 2012) filipemoreau@orange.fr
Cet article, publié dans cinéma, livres, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s