Fils d’Eole

Le vent se lève Hayao Miyazaki

On entre dans la salle dans un état particulier. Cet état d’esprit compte, il faudrait parler longtemps de l’attente que procure le dernier film d’un maître, surtout quand il s’agit de son ultime œuvre. C’est quitte ou double. Ici, c’est avec enthousiasme qu’on sort de la séance, les premières images magnifiques nous transportent dans l’histoire de ce passionné d’aviation, son obstination à créer le meilleur avion au monde, les tentatives malheureuses, l’échec, le succès… Le scénario, parfaite mécanique romanesque, ne ménage pas les rebondissements et le maître sait habilement tricoter une histoire d’amour triste qui étoffe davantage son personnage principal. C’est une histoire d’ingénieur pris dans sa myopie qui lui fait créer des images poétiques alors que le fruit de son travail sera utilisé à des fins militaires, destructrices. La magie apparaît sans cesse, on est transporté dans le monde du créateur, fasciné par sa faculté à nous éblouir et à nous glacer le sang. Comme une tempête en somme.

movies-the-wind-rises-poster

Publicités

A propos godsaveculture

Dernier ouvrage paru Briques à branques, Editions Cours Toujours. (Autres titres parus : Los Angeles 32, Michalon, 2008 / Les voyages égoïstes d'Antoine Ordana, Barley, 2010 / Mazurka, Mercure de France, 2012) filipemoreau@orange.fr
Cet article, publié dans EXIT/SORTIE, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s